B - Qui devenons-nous lorsque nous sommes ivres ?

Le système limbique ou cerveau des émotions est en relation directe avec l'hypothalamus. Deux neurotransmetteurs sont utilisés dans le système limbique :

  • la dopamine : substance clef du système du plaisir,
  • la serotonine jouant un rôle indispensable dans la régulation des émotions.

Le "cerveau des émotions" est donc fondamental dans le bien-être et la satisfaction : il est chargé de contrôler les émotions.

L'alcool provoque une augmentation de la production de dopamine dans le système limbique. Cette surproduction de neurotransmetteur entraîne le renforcement artificiel du système de récompense comme nous l'avons vu mais procure aussi une sensation de plaisir et de bien-être.

Mais le système limbique ne contrôle plus les émotions : le taux de serotonine chute ce qui provoque des sautes d'humeur pouvant entraîner un comportement agressif, impulsif et violent.

Le cortex frontal contrôle la maîtrise de soi, le comportement en société, le raisonnement et la résolution de problèmes. Les effets de l'alcool sur celui-ci engendrent une importante baisse des capacités intellectuelles, ainsi qu'une moins bonne maîtrise de soi entraînant un risque d'impulsivité conséquent.

Le cervelet est situé est dans la fosse crânienne postérieure de la boîte crânienne, il est chargé de la coordination des mouvements. Les effets de l'alcool sur le cervelet entrainent des troubles de la motricité et une mauvaise coordination. Ce qui peut engendrer à des chutes dangereuses.

 

Les effets de l'alcool sur le comportement sont de plus en plus importants au fur et à mesure que la consommation augmente. Une célèbre campagne publicitaire de prévention avait adopté le slogan "tu t'es vu quand t'as bu ?!".

 

On distingue quatre phases ayant chacune des caractéristiques comportementales différentes.

  •  Phase euphorique (0,30g/l: 3 verres standards)

La personne alcoolisée commence à sentir les effets de l'alcool, elle perd le contrôle de ses fonctions intellectuelles elle se sent détendue, gaie. L'alcool va désinhiber l'individu entrainant une surestimation de ses capacités. En effet, l'alcool va empêcher les connections impliquées dans l'inhibition. L'incoordination musculaire commence.

Pour illustrer cet état, on pourra voir la vidéo de Bourville dans le sketch "l'alcool non, l'eau ferrugineuse, oui" >>> Voir la section "des vidéos pour illustrer"

  • Phase d'ébriété (5 verres standards)

Les connections entre neurones chargées de stimuler le système nerveux central sont interrompues. Les réflexes ralentissent, la personne alcoolisée connait des troubles de la motricité, des propos incohérents. Son humeur change passant de gaie à colérique... Durant cette phase, le sujet est souvent victime de vomissement et de somnolence.

  • Phase léthargique (2-3 g/l)

Cette phase est caractérisée par de graves troubles du comportement entraînant de l'agressivité, la démarche est titubante. La personne alcoolisée va être victime de confusion mentale et sa capacité de réaction est réduite voire nulle.

La vidéo de la parade des éléphants, extrait de Dumbo de Disney  >>> Voir la section "des vidéos pour illustrer"

  • Phase mortelle : coma éthylique ( plus de 3 g/l)

Les muscles sont complètements relâchés, les pupilles sont dilatées. L'alcool empêche la circulation de l'influx nerveux (phénomène permettant de transmettre les commandes motrices ou les messages sensitifs dans les centres nerveux) sur de nombreuses synapses. La température du corps baisse et peut entrainer le décès.

Sante alcool

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.